Poème

L’indépendance

vendredi 10 novembre 2006.
 

Ils sont là, tous les deux Pleins, ronds doux et sensibles Riches de vie.

J’offre mes seins tendus à ton corps qui réclame Ce lien d’un instant Qui nous réunit à nouveau Ce rapport sensuel et tendre Plaisir nourrissant De lait et d’amour.

Tu es là, sur mes genoux Aimé et aimant Et je comprend que te nourrir C’est te voir grandir Et prendre ton indépendance

Marie-Anne Sévin